Afin de discuter de nos idées, nous organisons des soirées-discussions, à thème. Pour cette première édition, nous avons retrouvé nos auditeurs et des sympathisants à Lausanne, pour parler du lien entre la démocratie et la liberté.

La soirée-discussion organisée par Liber-thé à Lausanne avait pour but de débattre de la relation entre démocratie et liberté. Après une introduction avec une perspective historique par Olivier Meuwly, juriste et historien, spécialiste de la démocratie directe, la discussion s’est poursuivie au gré des questions des uns et des autres. Notre invité a rappelé que le libéralisme n’est pas né avec la démocratie et que les libéraux suisses se sont opposés à la démocratie jusqu’au début du 19e siècle. Donner le pouvoir au peuple mettait, de leur point de vue, la séparation des pouvoirs et l’Etat de droit, qu’ils avaient créés, en danger. Ils doutaient en effet que le peuple soit assez mûr pour participer à l’organisation de l’Etat.

Les libéraux suisses ont cependant fini par accepter le suffrage universel dans les années 1830-1840, notamment après avoir observé la Landsgemeinde en Suisse centrale. D’après Olivier Meuwly les libéraux ont bien fait d’accepter et de s’approprier le système démocratique. En effet, ils étaient (et le restent en partie) sceptiques face au pouvoir donné au peuple par la démocratie, qui légitime toutes les décisions de celui-ci, même si elles sont liberticides et donnent plus de pouvoir à l’Etat.

Lors de la discussion nous avons vu que d’une perspective libérale, la démocratie n’est pas une fin en soi mais un moyen pour protéger les libertés et limiter le pouvoir de l’Etat. Olivier Meuwly a également rappelé la dualité entre liberté et égalité exposée par Tocqueville au 19e siècle. Il a mis en garde contre la dérive des demandes pour l’égalité formulées par de penseurs contemporains tels que Thomas Piketty.

De son côté, une partie du public a défendu l’avis que contrairement à la peur que peuvent avoir les libéraux, la démocratie limite plutôt le pouvoir de l’Etat. Ils ont également argumenté que la démocratie pouvait être un moyen de limiter l’Etat et de protéger les libertés des individus. Les participants ont par ailleurs relevé l’importance d’un citoyen éclairé et de défendre les valeurs libérales dans la société civile, à travers un engagement varié.

Pour être tenu au courant des prochains événements de Liber-thé, vous pouvez vous abonner à notre newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code